De quoi il s'agit ?

Nous réalisons divers inventaires de la faune en toute période l’année. Il s’agit de dénombrer une ou plusieurs espèces. Pour y parvenir, il nécessaire de mettre en œuvre des protocoles stricts propres à chacune des espèces. Cela permet d’obtenir des données quantitatives, qualitatives (ages, sexe, composition des groupes) et cartographiques.

En savoir +

Les inventaires de la faune sauvage répondent à des protocoles stricts validés par les institutions de l’État. Ils sont adaptés à chaque espèce de manière à maximiser le rapport temps d’observation / quantité de données collectées.

Aucune inventaire ne peut se targuer d’être complétement exhaustif. Il se rapproche le plus possible de ce qu’est la réalité de terrain.

Objectifs

Inventorier la faune de montagne et localiser les espaces qui lui sont vitaux.

Mieux appréhender son territoire et les espèces sensibles qui peuvent y vivre

Tenir compte de la présence de ces espèces et éviter, réduire ou compenser les impacts qui peuvent leur être causés

Établir des indicateurs pour suivre dans le temps l’état des populations et leurs habitats

 

Quelques exemples d'inventaires que nous pouvons réaliser :

Comptage au chant pour :

Le tétras lyre (site de l’OGM),

La gélinotte des bois,

La perdrix bartavelle,

Le lagopède alpin,

Les rapaces nocturnes

Comptage au chien pour :

Le tétras lyre,

Le lagopède alpin.

 

Diagnostic des habitats du tétras-lyre (en savoir plus)
Relevé des déplacements de la faune par des suivis « traces »,
Suivi par piège photographique,

 

Cartographie des zones sensibles pour la faune sauvage

Bibliographie des données existantes,

Recueil d’informations auprès des professionnels

Recueil d’informations auprès de notre réseau cynégétique.

Exemples de suivis instinctivement nature

Pour mieux comprendre :

Les échantillonnages des chevrées de chamois sont des inventaires de la faune sauvage qui sont réalisés en juillet. A cette période, les chèvres se regroupent avec leurs jeunes de l’année. Les jeunes de l’année précédente font aussi partis de ces hardes. Il est alors aisé de pouvoir observer le nombre de cabris et le nombre de deuxième année.

Cela permet de rendre compte du dynamisme de la population suivie et ainsi que du taux de survie des jeunes. Ces données peuvent être précieuses pour évaluer l’impact d’une activité ou d’une aménagement anthropique.

Comptage chamois instinctivement nature

Les comptages nocturnes au phare sont des inventaires de la faune sauvage qui se réalisent plutôt au printemps. En effet, la végétation étant en plein développement les animaux se rassemble à la sortie de l’hiver pour reprendre des forces. Ils permettent de dénombrer les différentes espèces, le sexe et l’âge des individus quand cela est possible, ainsi que la localisation des différents groupes observées.

Ainsi, cela permet d’étudier les espèces en place, les zones « réservoir » existantes, les points de déplacements éventuels et les points de conflit.

Cerf én comptage nocturne Instinctivement nature

Le comptage au chant du tétras-lyre s’effectue en mai. A cette période les oiseaux se regroupent sur les places de chant quasi inchangées d’année en année. Les coqs vont parader et alors être très visibles. Cela permet de dénombrer le nombre de coqs chanteurs et de le suivre sur le long terme pour analyse la dynamique de la population vis-à-vis d’une activité par exemple.

Coq tétras lyre

Notre champs d'intervention

Nous pouvons réaliser ces inventaires de la faune sauvage partout où cela nous sera demandé. Nous évaluerons avec vous vos besoins pour répondre au mieux à la demande avec une faisabilité technique et économique optimale.

Logo Instinctivement Nature

N’hésitez pas à nous contacter

Notre actualité